• Bandeau 1
  • Bandeau 2
  • Bandeau 3
Soutenir l'excellence en Alsace

affiche2012 filet

François EICHHOLTZER dit François FLORENT

Fondateur du Cours Florent d'Art Dramatique

François EICHHOLTZER dit François FLORENT

Adresse

COURS FLORENT D'ART DRAMATIQUE
37-39 avenue Jean Jaurès
F - 75019 PARIS
Tél. : +33 (0)1 40 40 04 44

Prix Guy OURISSON, 2012

Biographie (cliquez pour visualiser)

François Eichholtzer est né le 30 avril 1937 à Mulhouse. Florent est son deuxième prénom, souvenir de son grand père paternel, Florent Eichholtzer. Il a un fils : Xavier Eichholtzer né le 26 août 1959 à Paris.

François Eichholtzer effectue son parcours scolaire à Mulhouse et obtient son baccalauréat de philosophie en 1955. Il fait sa première année d'études supérieures à la faculté de Lettres de Strasbourg. Durant cette année, il est l'élève d'Antoine Bourbon qui l'emploie comme comédien–stagiaire pour ses émissions dramatiques à Radio Strasbourg et ses productions théâtrales pour enfants. Au Conservatoire de Strasbourg, il obtient un premier prix en juin 1956 dans Le Maître de Santiago !

François Eichholtzer apprend le piano et prend des cours de diction/comédie au Conservatoire de Mulhouse et joue les premiers spectacles du Théâtre de Poche de Mulhouse. Il fait partie de la maîtrise Saint-Etienne (chant grégorien).

Durant ses années de lycée, il fréquente assidûment le Théâtre municipal de Mulhouse. Il va en cachette au cinéma, deux, trois fois par semaine en fin de journée... il préfère la saison hivernale : il fait nuit à dix-huit heures et a moins de chances de se faire repérer.

Il accompagne sa marraine au théâtre (1949-1952) et s'abreuve d'opéras. L'abonnement dramatique du mercredi soir est la récompense suprême. De 1953 à 1955, il voit et récolte les autographes de Fresnay, Francen, Dux, Feuillère, Escande, Marais, Arletty, Clariond, Brasseur (Pierre)...

François Eichholtzer arrive à Paris le 26 septembre 1956. Il utilise pour la première fois son pseudonyme : François Florent à l'occasion du concours d'entrée du Centre de la Rue Blanche à Paris (ENSATT) où il est accepté dans la première scène de Pyrrhus d'Andromaque.

Jean Meyer l'engage comme élève à la Comédie Française pour compléter les distributions de ses deux mises en scène de 1956 à 1957 : Coriolan et Les Misérables.

Il réussi le concours d'entrée du Conservatoire et intègre en octobre 1957, la classe de René Simon.

Durant la décennie suivante, il exerce sans discontinuer le métier de comédien. De 1965 à 1970, il est tenté par la mise en scène lyrique. Journaliste à « Opéra », il hante les festivals, les scènes lyriques européennes, nationales et régionales, écrit un opuscule sur Dietrich Fisch-Dieskau et finit par être nommé Directeur Adjoint Metteur en Scène au Grand Théâtre de Nancy. Il rejoint Paris début février 1971.

Le virus de faire travailler scènes et personnages s'empare de François Florent dès sa première année au Conservatoire. Il se dissimule dans les combles du Centre de la Rue Blanche et monte des scènes à tour de bras... Des candidats copains et copines le sollicitent pour préparer leur concours d'entrée du Centre de la Rue Blanche et du Conservatoire. Il les fait répéter dans des recoins de fortune,

Il se voit convoqué et proposé le poste de Professeur d'art dramatique du Conservatoire qui ouvre ses portes au Lycée Carnot, boulevard Malesherbes. Ce premier cours rassemble une dizaine d'élèves dont : Jacques Weber. Puis, arrive Francis Huster.

On vient des quatre coins de Paris, de province, pour suivre ce cours hebdomadaire. François Florent rajoute des heures et des heures, ailleurs et chez lui. La Mairie de Paris organise des concours annuels inter conservatoires : en art Dramatique, le Conservatoire du XVIIe rafle tous les premiers prix de 1965 à 1968, fort des Weber, Ferran, Huster, Chalmeau, Savinaud, Granotier...

C'est à la demande des élèves qui désirent davantage d'heures de cours que François Florent loue un studio au 38 rue des Saules (XVIIIe). Le Cours Florent ouvre ses portes le 7 janvier 1967 avec vingt huit élèves, dont la majorité est issue de la classe du Conservatoire du XVIIe.

A la fin des années soixante, François Florent est aussi titulaire du Conservatoire de Puteaux et enseigne au Conservatoire municipal du XXe durant une saison. Convaincu que la pédagogie est sa plénitude d'expression, il se destine essentiellement à la formation théâtrale.

Après 1970, sa vie professionnelle est consacrée au Cours Florent, Après avoir loué plusieurs studios, il se trouve enfin dans ses murs le 1er juillet 1976 au 35 quai d'Anjou (Ive). Il faut encore s'agrandir face au nombre croissant d'élèves mais surtout aux réajustements et aux nouveautés pédagogiques... En plus du Quai d'Anjou, le Cours Florent acquiert la jouissance de l'immeuble du 40 rue Mathis (XIXe) en juillet 1985. Pierre Dux, Michèle Morgan, Francis Huster, Jacques Weber, inaugurent la salle. En juin 2000, Jacques Mauclair, Directeur Fondateur du Théâtre du Marais cède au Cours Florent, la salle de la rue Volta (IIIe).

Puis vient le moment de quitter le quai d'Anjou pour un lieu plus grand : l'immeuble du 37-39 avenue Jean Jaurès (XIXe), le siège social actuel, où l'on transforme les locaux en salle de cours, bureaux...Enfin, François Florent acquiert le 44 rue Archereau (XIXe).

A l'automne 1979, aiguillonné par Francis Huster, François Florent créé, un cursus gratuit au sein de l'école non encore imitée au bout de plus de vingt ans : la Classe Libre. Le concours d'entrée annuel est extrêmement sélectif et rassemble aussi bien des candidats extérieurs que des élèves comédiens de l'école. La cohabitation entre élèves payants et ceux jouissant de la gratuité n'est pas des plus faciles mais François Florent entend maintenir cette Classe Libre comme signe distinctif de son engagement professionnel.

Durant les années quatre vingt, Pierre Cardin joue un rôle imminent dans le développement de l'Ecole Florent, par la mise à disposition de l'Espace Pierre Cardin sis place de la Concorde. François Florent en profite pour faire évoluer le style des auditions publiques alors d'usage dans les cours d'art dramatique : répétitions in situ, régie, scènes et pièces nouvelles...

C'est l'époque où il se rend fréquemment à Londres et à New York pour dénicher des œuvres nouvelles, en présenter certaines dans leur intégralité, en extraire des scènes, les traduire et les adapter. Dans ces années-là et jusqu'à l'extinction du vrai « Quotidien de Paris », il est chargé de la rubrique «Théâtre à l'étranger ».

Les années quatre vingt dix sont marquées par les tournées de l'école à l'étranger, le partenariat et le début de la reconnaissance. Les présentations publiques se font désormais quai d'Anjou ; les metteurs en scène se relayent et se diversifient. Durant cette période, il oeuvre beaucoup pour la francophonie : représentations, conférences, cours publics, interventions des élèves comédiens à Hanoi, Bangkok, Singapour, Sydney, Melbourne. On y donne Molière, Marivaux, Victor Hugo, Ionesco.

L'effort des « stages en entreprises » pour les élèves comédiens de troisième année, porte ses fruits grâce au partenariat très réussi avec les Editions Larousse, à la collaboration avec la RATP, à la participation au Printemps des Poètes...

François Florent est de plus en plus sollicité pour présider ou faire partie de jurys.

Près de 20 000 comédiens sont passés par le Cours Florent dont parmi les plus connus : Isabelle Adjani, Francis Huster, Jacques Weber, Daniel Auteuil, Yvan Attal, Édouard Baer, Dominique Blanc, Isabelle Carré, Gad Elmaleh, Marina Hands, Audrey Tautou...

François Florent est Chevalier de l'Ordre National du Mérite (depuis mai 1992), Chevalier des Arts et des Lettres (depuis mai 1997), Officier de l'Ordre National du Mérite (depuis mai 2001) et Chevalier de la Légion d'Honneur (depuis décembre 2005), Commandeur de l'Ordre national du Mérite (2009).

 

Ce texte est publié sous licence Creative Commons Paternité-Partage des Conditions Initiales à l'Identique 3.0 Unported.

Fond'action Alsace, association reconnue de mission d'utilité publique, a pour objet de soutenir l'excellence en Alsace.
56, boulevard d'Anvers - 67000 Strasbourg - Tél/Fax : 03 88 36 63 77 - courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.