Site en construction

Julien Marchal

Facteur d’Orgues

Prix talent d'avenir

2018

MANUFACTURE D’ORGUES KOENIG
6 Rue de la Gendarmerie
67260 Sarre-Union
+33 (0)3 88 00 13 91
jmarchal@orgues-koenig.com
Facebook : Julien Marchal

 

Julien Marchal, âgé de 27 ans, élève d’Yves Koenig, facteur d’orgues, va reprendre les rênes de l’entreprise Koenig fondée en novembre 1945.

L’entreprise Koenig facteur d’orgues dont le siège est à Sarre-Union, est une entreprise alsacienne spécialisée dans la restauration et la conception et construction d’orgues.

Avec l’obtention du titre de Maître en Art en 2017, Yves Koenig s’est engagé à transmettre à son élève son savoir-faire, couronné en 2007 par la distinction de meilleur ouvrier de France en conception et harmonisation des orgues.

Cette transmission s’est préparée de longue date mais depuis janvier 2018 maître et élève travaillent réellement en binôme et ce, notamment sur le plan artistique.

Le dernier instrument Koenig livré à la « Kapuzinerkirche » de Vienne, là où sont enterrés les membres de la famille des Habsbourg, a été une partition à quatre mains et le prochain orgue qui va partir en Italie sera entièrement conçu par Julien Marchal, sous l’œil attentif de son maître.

La maîtrise du métier a demandé à Julien Marchal l’acquisition d’une solide formation en musicologie, un sens artistique développé, la connaissance des techniques traditionnelles mais aussi des technologies les plus actuelles avec l’usage du numérique tant dans les outils de conception que dans le fonctionnement des instruments.

Avec cette transmission, le métier de facteur d’orgue et la spécificité de l’entreprise Koenig qui s’est fait connaître non seulement par la restauration mais aussi la construction d’orgues prestigieux en France et dans le monde entier jusqu’en Chine, à Macao, ou au Japon, à Osaka, pourront continuer de promouvoir la culture française au travers de la création d’orgues « classiques français ».

Avec ce prix Talent d’Avenir sont aussi mis en avant la valorisation de l’apprentissage qui, dans le cas présent, a été long et difficile, et la pérennisation d’une entreprise et d’un savoir-faire unique alors même que tant de jeunes se tournent vers des études universitaires pour lesquelles ils ne sont pas toujours faits et que nombre d’entreprises ferment, faute de repreneur.

Contactez-nous